Gaz naturel


 

Le gaz finit l’année en force, entérinant définitivement le retournement de la tendance qu’il avait suivi jusqu’à août. Bien loin sont les journées de mai où l’on s’interrogeait sur de possibles prix négatifs.

 

Le prix des contrats à terme a augmenté rapidement sur toutes les échéances. A court-terme, le froid qui s'est installé durant les premières semaines de janvier et la forte production des centrales à gaz (faible production éolienne) qui a poussé la consommation à la hausse.

 

 A long-terme, c’est l’envolée du JKM (indice de prix asiatique) qui explique le mouvement. En effet, les cargos de LNG se dirigent maintenant exclusivement vers l’Asie. Les incertitudes sur la stratégie d’export de Gazprom et la capacité des énergéticiens européens à récupérer le gaz stocké en Ukraine amplifie le mouvement. 

    

 

Electricité  

Les prix calendaires de l'électricité finissent eux aussi l’année en beauté. Le gaz,le charbon, le pétrole et le CO2 sont tous à la hausse, la progression encourageante de la vaccination contre la COVID-2019 partout dans le monde (sauf en France) rendant les acteurs plus optimistes.

 

Le carbone est encore une fois un facteur important, son prix restant dans le voisinage des 30 euros/MWh. Les acteurs étant désormais confiants dans la mise en place d’un accord entre le Royaume-Uni et l’Europe qui devrait avoir un impact haussier sur les prix.