GAZ NATUREL

 

Le prix du gaz confirme sa remontée sur les contrats calendaires. Une demande solide en Europe et en Asie combinée à des limitations de production ont porté le prix du gaz à la hausse ces dernières semaines, surtout à partir du 24 septembre.

 

L’offre a notamment été pénalisée au niveau européens par des flux de production réduits dans les prochains mois sur le gisement de Groningen (Pays-Bas) et l’indisponibilité des capacités de liquéfaction de Hammerfest (Norvège) suite à un incendie.

 

ÉLECTRICITÉ

 

 

Deux semaines volatiles et en baisse pour le prix de l’électricité. On notera tout particulièrement une forte correction d’environ 2 euros/MWh à partir de mardi dernier.

 

Plusieurs “bonnes nouvelles” expliquent ce mouvement. Tout d’abord, le prix des EUA est considérablement redescendu et semble vouloir rester vers les 25-26 euros/t.

 

Le deuxième facteur est l’optimisme des acteurs concernant la disponibilité nucléaire début 2021. En effet, il semble qu'EDF tienne pour l’instant son planning de démarrage de ses réacteurs (une majorité du parc était à l’arrêt cet été). Exception faite du réacteur de Flamanville 1 dont le redémarrage a été reporté du 1 novembre au 15 décembre 2020.

 

Enfin, il est à noter des prévisions météorologiques saisonnières pour le 4ème trimestre 2020, annonce une probabilité élevée que la température moyenne soit plus douce que la normale de saison.