GAZ NATUREL

 

Après un plus bas historique fin mai, les prix du gaz ont rebondi à toutes les échéances en début de mois. Ce rebond s’est amplifié durant ces deux dernières semaines surtout sur les contrats à livraison pour la fin de l’année. 

 

Alors que les stockages de gaz européens sont très proches du remplissage total, les exportateurs de gaz semblent enfin déterminés à moduler leur volumes. Les annulations de cargos de LNG en direction de l’Europe se sont multipliés, la différence de prix entre les Etats-Unis et l’Europe ne couvrant plus les coûts de la liquéfaction et du transports du gaz vers cette dernière.

 

Coté pipeline, la Russie et la Norvège ont aussi diminué leurs flux la semaine dernière, notamment via Yamal (pipeline russe). Si ces réductions d’export continuent, les prix pourraient continuer à remonter un peu mais il faut toutefois se souvenir que si les perspectives de prix s’améliorent les exports reprendront rapidement.

 

 

 

ÉLECTRICITÉ

 

Encore une période compliquée pour l’électricité. Alors que les prix des CAL avaient diminué en début de mois ils sont repartis nettement à la hausse cette semaine. 

 

La disponibilité du nucléaire sur fin 2020 et  devient un peu plus certaine. EDF ayant annoncé la semaine dernière que son programme de maintenance ne devrait plus subir de modifications majeures sur cette période. Sur l’hiver 2020-2021, la disponibilité nucléaire serait donc inférieure d’environ 5 GW à celle de l’hiver précédent. 

 

L’augmentation du prix du gaz et du charbon a aussi poussé à la hausse les prix de l’électricité. Il est à noter que le prix du charbon a beaucoup augmenté la semaine dernière suite à l’écroulement, en Russie, d’un pont ferroviaire approvisionnant le port exportateur de Murmansk.