Les prix de gros du naturel ont suivi une tendance globalement baissière durant tout
l’été et début septembre, l’offre de gaz étant abondante au niveau mondial.

Cette tendance s’est brutalement inversée le mardi 10 sous l’effet de plusieurs annonces.


La première étant la présence d’anomalies dans plusieurs réacteurs nucléaire d’EDF,
pouvant conduire à leur arrêt ou à la prolongation de leur maintenance par l’ASN.

Si plusieurs réacteurs nucléaire s’avèrent être non disponible durant l’hiver, cela
signifierait un fonctionnement plus important des centrales à gaz (CCGT et turbines à
gaz) afin de les remplacer, ce qui entraînerait in fine une hausse importante de la
consommation de gaz en Europe.


La deuxième annonce concerne le gazoduc OPAL dont la Russie se sert afin d’exporter
du gaz naturel vers l’Europe. Ce gazoduc arrivant en Allemagne est très fortement
utilisé par la Russie, en pleine renégociation de ces accords de transit avec l’Ukraine.


La cour supérieur de justice européenne a annulé mardi l’accord accordant 100% de la
capacité de transit sur ce gazoduc à Gazprom, pour des raisons d’entrave à la
concurrence. Seul 50% restent utilisables par Gazprom. Le destin des 50% restant
dans les mois à venir est encore inconnu en effet aucun autre acteur n’est intéressé par
acquérir de la capacité sur ce gazoduc (il n’y a pas de marché en Russie, à l’amont du
gazoduc). Il est possible qu’un arrangement soit trouvé avant l’hiver. Toutefois les
marchés détestent l'ambiguïté de la situation. Vendredi après-midi, l’opérateur du
gazoduc a annoncé les restrictions sur les flux de gaz d’OPAL allait débuter le 14
septembre.


Un troisième facteur vient s’ajouter, de moindre importance toutefois. Le gouvernement
néerlandais a annoncé officiellement la fin progressive de la production sur le champ
gazier de Groeningen, ce qui à terme signifiera des besoins d’import encore accrus en
Europe .


En réponse à ces annonces le prix de règlement du contrat 2020 est passé mardi à
18,8 euros/MWh contre 17,2 le jour précédent. Les prix sont ensuite descendus un peu
jeudi puis sont remontés brutalement vendredi suite à l’annonce des restrictions. Les
marchés européens sont extrêmement volatils, des mouvements de prix importants
ayant lieu d’une transaction à l’autre.