Comme pour le gaz, le mardi 11/09 a été une “journée noire” sur les marchés.

Dans un communiqué de presse EDF a informé que des déviations de qualité dans les
soudures des générateurs de vapeur produit par Framatome avaient été détectées et
reportées à l’ASN.

Pour mémoire, c’est aussi des problèmes affectant les générateurs
de vapeur qui avait conduit l’ASN repousser le démarrage de plusieurs réacteurs durant
l’hiver 2016-2017 (concentration en carbone anormale de l’acier les composant).


Le nombre de réacteurs concernés est encore inconnu mais il pourrait tourner autour de
la vingtaine et serait d’au moins 5 selon une interview du président de l’ASN publié
dans le Figaro. EDF devrait publier prochainement la liste des réacteurs concernés et
l’ASN quand à elle devrait publier ses conclusions préliminaires d’ici un mois.

La frénésie était palpable mardi parmis les acteurs de marché. Nombre d’entre eux
avaient des positions “ouvertes”, i.e. de la consommation encore non couverte sur les
marchés en raison notamment de la tendance jusque là baissière et aux incertitudes
entourant les volumes d’ARENH qui seront alloués en 2020 (relève ou non du plafond à
150 TWh).

Les annonces ont rappelé à tous de sombres souvenirs de l’hiver 2016-2017
(ou même de gros acteurs tels que Direct Energie avaient subit des turbulences
financières) et ont provoqué des achats en panique, panique qui s’est un peu calmée à
partir de mercredi après-midi.


Le prix du CAL 2020 a augmenté de 3 euro/MWh mardi, puis encore d’1 euro/MWh
mercredi. Les prix sont ensuite descendus jeudi et remonté un peu vendredi, suivant
l’évolution du gaz.

Le mouvement a été encore plus impressionnant pour les contrats
mensuels et trimestriels pour livraison en fin d’année, des mouvements allant jusqu’à
+12 euros/MWh ayant été observés.